3 min read

Démarcher un Partenaire (plus gros que soi) : le modèle anti-rateau

Vous vous dites que ce Partenaire est bien trop établi, sexy ou sollicité pour vous ? Surmontez votre syndrôme de l'imposteur - osez proposer ! Voici comment aborder un partenaire, sur Reachmaker comme dans la vraie vie..
Démarcher un Partenaire (plus gros que soi) : le modèle anti-rateau


Vous vous dites que ce Partenaire est bien trop établi, sexy ou sollicité pour vous ?
Que neni.
L'audace paye.
Surmontez votre syndrôme de l'imposteur - osez proposer !
100% des gagnants ont tenté leur chance.

Voici comment aborder un partenaire, sur Reachmaker comme dans la vraie vie.

#1 - Soyez clair !


Savez-vous quel est le motif de non-réponse ou de refus numéro 1 ?
Ce n'est pas "ça ne nous intéresse pas" ou "cette marque ne nous plait pas".
Non.

C'est... "on ne sait pas ce qu'ils veulent".
Autrement dit, le partenaire n'a rien compris à la demande.
Un pur gâchis.

Le temps de votre partenaire est précieux, respectez-le !
Soyez concis, allez droit au but et surtout - concentrez votre argumentaire sur les bénéfices (pour le partenaire).

Étayez votre argumentaire avec :

  • Des infos et chiffres-clés pertinents : Audience, secteur d'activité, etc.
  • Les bénéfices concrets que vous apportez aux clients et aux partenaires
  • Un moyen facile et rapide de vous contacter : Calendly ou numéro direct

#2 - Soyez enthousiathe


"Si t'es pas joli, sois poli", dit le vieil adage.
Dans le business, c'est pareil.

Si vous êtes dans la position du demandeur, si vous avez beaucoup moins d'audience, il est important de mettre le paquet sur le capital humain.
Votre envie de bien faire, votre humour et votre réactivité.

#3 - Soyez préparé

Renseignez-vous sur les actualités du partenaire ou de votre interlocuteur, en profondeur !
Pas en cliquant bêtement sur ses derniers posts LinkedIn.
Mais en faisant le tour de ses interactions récentes.

Par exemple :

  • À quels sujets chauds a t'il réagi ?
  • À quelles causes est-il sensible ?
  • Quel est son type de langage et de communication ?

Sans forcer et passer pour un stalker, incluez quelques références dans votre e-mail, parlez son langage.
Et vous ferez mouche.

Modèles (100% validés)


Voici nos recommandations et des modèles prêts à emploi.
Ils ont fait leurs preuves sur des centaines de partenariats !

L'e-mail émotionnel

Cet e-mail ne suit pas une structure précise.
Il se lit comme une conversation.
Malgré cela, il présente bien les éléments indispensables : accroche, proposition claire et concise, appel à l'action.

Un exemple partagé dans cette vidéo

Trois leçons :

  • Apporter une touche très personnelle, avec des mots forts
    "j'ai un rêve secret, plus si secret puisque je vous le dévoile"
  • Transmettre son appréciation pour l'autre
    "Je suis obsedé par votre travail"
  • Être humble et laisser de la place à l'interlocuteur
    "je ne vous demande pas une réponse immédiate"

L'e-mail pragmatique

Cet e-mail suit une structure-type et s'utilise dans un cadre plus formel.

90% de taux de réponse sur ce cold e-mail !
  • Titre - "Collaboration : Entreprise 1 x Entreprise 2  ☕️ ?"
    Clair et concis
  • Accroche - 1 ligne sur le partenaire
    Attirez l'attention avec un contexte
  • Corps - Courte présentation + proposition de valeur
    Prouvez la pertinence du partenariat
  • Appel à l'action + motivation
    Comment vous contacter et dans quel but
  • Signature + contact en direct
    Si vous avez affaire à un décisionnaire, privilégiez un numéro de portable à un calendly (plus personel)

Cadeau 🎁
Je vous ai préparé quelques modèles-types à copier/coller.
➡  Modèles de relance



La suite ?


Si vous êtes arrivés ici, c'est que vous êtes curieux et disposé à innover.
Je vous mets au défi de commencer à mettre en place aujourd’hui, pas demain !

💜 Donnez-moi votre avis sur cet article par message Linkedin.

♐️ Dopez votre visibilité grâce à la communauté Reachmaker